BENOÎT GAUTIER

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"Benoît est un mec à fleur de peau, un artiste complet davantage qu'un musicien accompagnateur, même si c'est avec cette panoplie-là que je l'ai d'abord connu.

 

Il était guitariste dans un groupe nantais, avec qui nous avons partagé la scène. Le courant est passé, on est restés en contact et tout en développant son propre projet artistique, il a pris le temps de réarranger deux titres pour l'album Le coma idyllique.

 

Car Benoît est un super-arrangeur, qui comprend l'essence des chansons, qu'il sait mettre en musique.

On partage toujours nos expériences, on a même évoqué un temps la possibilité de monter ensemble un label, voire de jouer ensemble à l'occasion. Qui sait finalement ce que réserve l'avenir ?"

VU PAR BENOÎT

"J’ai commencé par accompagner des artistes en tant que guitariste et de plus en plus aux claviers (Mathilde en Juillet, Momo, Mauve, Samuel Baubry…).

J’étais souvent très impliqué dans les arrangements et en parallèle je m’intéressais aux techniques du son en bidouillant dans mon home studio. Ce qui m’a conduit à la réalisation.

J’ai pu m’équiper plus sérieusement et me consacrer exclusivement à cette activité pendant 7-8 ans (After the Bees, Le Syndrôme du Chat, Rimo, Mauve, Lisidor, Le Saint, Alfred Revanche…)

 

J’ai également fait un projet sous mon nom dans lequel je chantais, un power trio pop rock en français sous la plume de Daniel Morvan. Nous avions fait ensemble un EP hommage à sa fille Mathilde en Juillet. On y croise certains de mes héros, Lou Reed, Neil Young, Andy Warhol, Edward Hopper, dans un aller-retour France-USA illuminé de l'aura d'une chanteuse-météore disparue brutalement.

 

J’ai rencontré et découvert Orvil lors d’un co-plateau à Nantes, j’accompagnais alors Momo, et nous avons sympathisé immédiatement. J’étais fasciné par son énergie et son sens de la dynamique sur un set de concert.

Venant d’une culture musicale en grande partie pop rock, c’était assez naturel de me fondre dans ce que produit Olivier. Il a fait appel à moi pour réaliser deux titres sur Le Coma idyllique. J’ai adoré l’émulation dans tous nos échanges à cette époque. Olivier est très ouvert tout en sachant où il veut aller, ce qui autorise des conditions de travail très simples, agréables et prolifiques. Un seul regret : ne pas avoir eu l’occasion de partager cette énergie sur scène à ses côtés !

 

Aujourd’hui je me recentre sur la composition, j’envisage de porter un nouveau projet, après toutes ces expériences c’est ce qui m’anime le plus. Je suis cependant toujours grand ouvert aux collaborations."

BENOÎT GAUTIER

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"Benoît est un mec à fleur de peau, un artiste complet davantage qu'un musicien accompagnateur, même si c'est avec cette panoplie-là que je l'ai d'abord connu.

 

Il était guitariste dans un groupe nantais, avec qui nous avons partagé la scène. Le courant est passé, on est restés en contact et tout en développant son propre projet artistique, il a pris le temps de réarranger deux titres pour l'album Le coma idyllique.

 

Car Benoît est un super-arrangeur, qui comprend l'essence des chansons, qu'il sait mettre en musique.

On partage toujours nos expériences, on a même évoqué un temps la possibilité de monter ensemble un label, voire de jouer ensemble à l'occasion. Qui sait finalement ce que réserve l'avenir ?"

VU PAR BENOÎT

"J’ai commencé par accompagner des artistes en tant que guitariste et de plus en plus aux claviers (Mathilde en Juillet, Momo, Mauve, Samuel Baubry…).

J’étais souvent très impliqué dans les arrangements et en parallèle je m’intéressais aux techniques du son en bidouillant dans mon home studio. Ce qui m’a conduit à la réalisation.

J’ai pu m’équiper plus sérieusement et me consacrer exclusivement à cette activité pendant 7-8 ans (After the Bees, Le Syndrôme du Chat, Rimo, Mauve, Lisidor, Le Saint, Alfred Revanche…)

 

J’ai également fait un projet sous mon nom dans lequel je chantais, un power trio pop rock en français sous la plume de Daniel Morvan. Nous avions fait ensemble un EP hommage à sa fille Mathilde en Juillet. On y croise certains de mes héros, Lou Reed, Neil Young, Andy Warhol, Edward Hopper, dans un aller-retour France-USA illuminé de l'aura d'une chanteuse-météore disparue brutalement.

 

J’ai rencontré et découvert Orvil lors d’un co-plateau à Nantes, j’accompagnais alors Momo, et nous avons sympathisé immédiatement. J’étais fasciné par son énergie et son sens de la dynamique sur un set de concert.

Venant d’une culture musicale en grande partie pop rock, c’était assez naturel de me fondre dans ce que produit Olivier. Il a fait appel à moi pour réaliser deux titres sur Le Coma idyllique. J’ai adoré l’émulation dans tous nos échanges à cette époque. Olivier est très ouvert tout en sachant où il veut aller, ce qui autorise des conditions de travail très simples, agréables et prolifiques. Un seul regret : ne pas avoir eu l’occasion de partager cette énergie sur scène à ses côtés !

 

Aujourd’hui je me recentre sur la composition, j’envisage de porter un nouveau projet, après toutes ces expériences c’est ce qui m’anime le plus. Je suis cependant toujours grand ouvert aux collaborations."

BENOÎT GAUTIER

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"Benoît est un mec à fleur de peau, un artiste complet davantage qu'un musicien accompagnateur, même si c'est avec cette panoplie-là que je l'ai d'abord connu.

 

Il était guitariste dans un groupe nantais, avec qui nous avons partagé la scène. Le courant est passé, on est restés en contact et tout en développant son propre projet artistique, il a pris le temps de réarranger deux titres pour l'album Le coma idyllique.

 

Car Benoît est un super-arrangeur, qui comprend l'essence des chansons, qu'il sait mettre en musique.

On partage toujours nos expériences, on a même évoqué un temps la possibilité de monter ensemble un label, voire de jouer ensemble à l'occasion. Qui sait finalement ce que réserve l'avenir ?"

VU PAR BENOÎT

"J’ai commencé par accompagner des artistes en tant que guitariste et de plus en plus aux claviers (Mathilde en Juillet, Momo, Mauve, Samuel Baubry…).

J’étais souvent très impliqué dans les arrangements et en parallèle je m’intéressais aux techniques du son en bidouillant dans mon home studio. Ce qui m’a conduit à la réalisation.

J’ai pu m’équiper plus sérieusement et me consacrer exclusivement à cette activité pendant 7-8 ans (After the Bees, Le Syndrôme du Chat, Rimo, Mauve, Lisidor, Le Saint, Alfred Revanche…)

 

J’ai également fait un projet sous mon nom dans lequel je chantais, un power trio pop rock en français sous la plume de Daniel Morvan. Nous avions fait ensemble un EP hommage à sa fille Mathilde en Juillet. On y croise certains de mes héros, Lou Reed, Neil Young, Andy Warhol, Edward Hopper, dans un aller-retour France-USA illuminé de l'aura d'une chanteuse-météore disparue brutalement.

 

J’ai rencontré et découvert Orvil lors d’un co-plateau à Nantes, j’accompagnais alors Momo, et nous avons sympathisé immédiatement. J’étais fasciné par son énergie et son sens de la dynamique sur un set de concert.

Venant d’une culture musicale en grande partie pop rock, c’était assez naturel de me fondre dans ce que produit Olivier. Il a fait appel à moi pour réaliser deux titres sur Le Coma idyllique. J’ai adoré l’émulation dans tous nos échanges à cette époque. Olivier est très ouvert tout en sachant où il veut aller, ce qui autorise des conditions de travail très simples, agréables et prolifiques. Un seul regret : ne pas avoir eu l’occasion de partager cette énergie sur scène à ses côtés !

 

Aujourd’hui je me recentre sur la composition, j’envisage de porter un nouveau projet, après toutes ces expériences c’est ce qui m’anime le plus. Je suis cependant toujours grand ouvert aux collaborations."

BENOÎT GAUTIER

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"Benoît est un mec à fleur de peau, un artiste complet davantage qu'un musicien accompagnateur, même si c'est avec cette panoplie-là que je l'ai d'abord connu.

 

Il était guitariste dans un groupe nantais, avec qui nous avons partagé la scène. Le courant est passé, on est restés en contact et tout en développant son propre projet artistique, il a pris le temps de réarranger deux titres pour l'album Le coma idyllique.

 

Car Benoît est un super-arrangeur, qui comprend l'essence des chansons, qu'il sait mettre en musique.

On partage toujours nos expériences, on a même évoqué un temps la possibilité de monter ensemble un label, voire de jouer ensemble à l'occasion. Qui sait finalement ce que réserve l'avenir ?"

VU PAR BENOÎT

"J’ai commencé par accompagner des artistes en tant que guitariste et de plus en plus aux claviers (Mathilde en Juillet, Momo, Mauve, Samuel Baubry…).

J’étais souvent très impliqué dans les arrangements et en parallèle je m’intéressais aux techniques du son en bidouillant dans mon home studio. Ce qui m’a conduit à la réalisation.

J’ai pu m’équiper plus sérieusement et me consacrer exclusivement à cette activité pendant 7-8 ans (After the Bees, Le Syndrôme du Chat, Rimo, Mauve, Lisidor, Le Saint, Alfred Revanche…)

 

J’ai également fait un projet sous mon nom dans lequel je chantais, un power trio pop rock en français sous la plume de Daniel Morvan. Nous avions fait ensemble un EP hommage à sa fille Mathilde en Juillet. On y croise certains de mes héros, Lou Reed, Neil Young, Andy Warhol, Edward Hopper, dans un aller-retour France-USA illuminé de l'aura d'une chanteuse-météore disparue brutalement.

 

J’ai rencontré et découvert Orvil lors d’un co-plateau à Nantes, j’accompagnais alors Momo, et nous avons sympathisé immédiatement. J’étais fasciné par son énergie et son sens de la dynamique sur un set de concert.

Venant d’une culture musicale en grande partie pop rock, c’était assez naturel de me fondre dans ce que produit Olivier. Il a fait appel à moi pour réaliser deux titres sur Le Coma idyllique. J’ai adoré l’émulation dans tous nos échanges à cette époque. Olivier est très ouvert tout en sachant où il veut aller, ce qui autorise des conditions de travail très simples, agréables et prolifiques. Un seul regret : ne pas avoir eu l’occasion de partager cette énergie sur scène à ses côtés !

 

Aujourd’hui je me recentre sur la composition, j’envisage de porter un nouveau projet, après toutes ces expériences c’est ce qui m’anime le plus. Je suis cependant toujours grand ouvert aux collaborations."

BENOÎT GAUTIER

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"Benoît est un mec à fleur de peau, un artiste complet davantage qu'un musicien accompagnateur, même si c'est avec cette panoplie-là que je l'ai d'abord connu.

 

Il était guitariste dans un groupe nantais, avec qui nous avons partagé la scène. Le courant est passé, on est restés en contact et tout en développant son propre projet artistique, il a pris le temps de réarranger deux titres pour l'album Le coma idyllique.

 

Car Benoît est un super-arrangeur, qui comprend l'essence des chansons, qu'il sait mettre en musique.

On partage toujours nos expériences, on a même évoqué un temps la possibilité de monter ensemble un label, voire de jouer ensemble à l'occasion. Qui sait finalement ce que réserve l'avenir ?"

VU PAR BENOÎT

"J’ai commencé par accompagner des artistes en tant que guitariste et de plus en plus aux claviers (Mathilde en Juillet, Momo, Mauve, Samuel Baubry…).

J’étais souvent très impliqué dans les arrangements et en parallèle je m’intéressais aux techniques du son en bidouillant dans mon home studio. Ce qui m’a conduit à la réalisation.

J’ai pu m’équiper plus sérieusement et me consacrer exclusivement à cette activité pendant 7-8 ans (After the Bees, Le Syndrôme du Chat, Rimo, Mauve, Lisidor, Le Saint, Alfred Revanche…)

 

J’ai également fait un projet sous mon nom dans lequel je chantais, un power trio pop rock en français sous la plume de Daniel Morvan. Nous avions fait ensemble un EP hommage à sa fille Mathilde en Juillet. On y croise certains de mes héros, Lou Reed, Neil Young, Andy Warhol, Edward Hopper, dans un aller-retour France-USA illuminé de l'aura d'une chanteuse-météore disparue brutalement.

 

J’ai rencontré et découvert Orvil lors d’un co-plateau à Nantes, j’accompagnais alors Momo, et nous avons sympathisé immédiatement. J’étais fasciné par son énergie et son sens de la dynamique sur un set de concert.

Venant d’une culture musicale en grande partie pop rock, c’était assez naturel de me fondre dans ce que produit Olivier. Il a fait appel à moi pour réaliser deux titres sur Le Coma idyllique. J’ai adoré l’émulation dans tous nos échanges à cette époque. Olivier est très ouvert tout en sachant où il veut aller, ce qui autorise des conditions de travail très simples, agréables et prolifiques. Un seul regret : ne pas avoir eu l’occasion de partager cette énergie sur scène à ses côtés !

 

Aujourd’hui je me recentre sur la composition, j’envisage de porter un nouveau projet, après toutes ces expériences c’est ce qui m’anime le plus. Je suis cependant toujours grand ouvert aux collaborations."

BENOÎT GAUTIER

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"Benoît est un mec à fleur de peau, un artiste complet davantage qu'un musicien accompagnateur, même si c'est avec cette panoplie-là que je l'ai d'abord connu.

 

Il était guitariste dans un groupe nantais, avec qui nous avons partagé la scène. Le courant est passé, on est restés en contact et tout en développant son propre projet artistique, il a pris le temps de réarranger deux titres pour l'album Le coma idyllique.

 

Car Benoît est un super-arrangeur, qui comprend l'essence des chansons, qu'il sait mettre en musique.

On partage toujours nos expériences, on a même évoqué un temps la possibilité de monter ensemble un label, voire de jouer ensemble à l'occasion. Qui sait finalement ce que réserve l'avenir ?"

VU PAR BENOÎT

"J’ai commencé par accompagner des artistes en tant que guitariste et de plus en plus aux claviers (Mathilde en Juillet, Momo, Mauve, Samuel Baubry…).

J’étais souvent très impliqué dans les arrangements et en parallèle je m’intéressais aux techniques du son en bidouillant dans mon home studio. Ce qui m’a conduit à la réalisation.

J’ai pu m’équiper plus sérieusement et me consacrer exclusivement à cette activité pendant 7-8 ans (After the Bees, Le Syndrôme du Chat, Rimo, Mauve, Lisidor, Le Saint, Alfred Revanche…)

 

J’ai également fait un projet sous mon nom dans lequel je chantais, un power trio pop rock en français sous la plume de Daniel Morvan. Nous avions fait ensemble un EP hommage à sa fille Mathilde en Juillet. On y croise certains de mes héros, Lou Reed, Neil Young, Andy Warhol, Edward Hopper, dans un aller-retour France-USA illuminé de l'aura d'une chanteuse-météore disparue brutalement.

 

J’ai rencontré et découvert Orvil lors d’un co-plateau à Nantes, j’accompagnais alors Momo, et nous avons sympathisé immédiatement. J’étais fasciné par son énergie et son sens de la dynamique sur un set de concert.

Venant d’une culture musicale en grande partie pop rock, c’était assez naturel de me fondre dans ce que produit Olivier. Il a fait appel à moi pour réaliser deux titres sur Le Coma idyllique. J’ai adoré l’émulation dans tous nos échanges à cette époque. Olivier est très ouvert tout en sachant où il veut aller, ce qui autorise des conditions de travail très simples, agréables et prolifiques. Un seul regret : ne pas avoir eu l’occasion de partager cette énergie sur scène à ses côtés !

 

Aujourd’hui je me recentre sur la composition, j’envisage de porter un nouveau projet, après toutes ces expériences c’est ce qui m’anime le plus. Je suis cependant toujours grand ouvert aux collaborations."

BENOÎT GAUTIER

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"Benoît est un mec à fleur de peau, un artiste complet davantage qu'un musicien accompagnateur, même si c'est avec cette panoplie-là que je l'ai d'abord connu.

 

Il était guitariste dans un groupe nantais, avec qui nous avons partagé la scène. Le courant est passé, on est restés en contact et tout en développant son propre projet artistique, il a pris le temps de réarranger deux titres pour l'album Le coma idyllique.

 

Car Benoît est un super-arrangeur, qui comprend l'essence des chansons, qu'il sait mettre en musique.

On partage toujours nos expériences, on a même évoqué un temps la possibilité de monter ensemble un label, voire de jouer ensemble à l'occasion. Qui sait finalement ce que réserve l'avenir ?"

VU PAR BENOÎT

"J’ai commencé par accompagner des artistes en tant que guitariste et de plus en plus aux claviers (Mathilde en Juillet, Momo, Mauve, Samuel Baubry…).

J’étais souvent très impliqué dans les arrangements et en parallèle je m’intéressais aux techniques du son en bidouillant dans mon home studio. Ce qui m’a conduit à la réalisation.

J’ai pu m’équiper plus sérieusement et me consacrer exclusivement à cette activité pendant 7-8 ans (After the Bees, Le Syndrôme du Chat, Rimo, Mauve, Lisidor, Le Saint, Alfred Revanche…)

 

J’ai également fait un projet sous mon nom dans lequel je chantais, un power trio pop rock en français sous la plume de Daniel Morvan. Nous avions fait ensemble un EP hommage à sa fille Mathilde en Juillet. On y croise certains de mes héros, Lou Reed, Neil Young, Andy Warhol, Edward Hopper, dans un aller-retour France-USA illuminé de l'aura d'une chanteuse-météore disparue brutalement.

 

J’ai rencontré et découvert Orvil lors d’un co-plateau à Nantes, j’accompagnais alors Momo, et nous avons sympathisé immédiatement. J’étais fasciné par son énergie et son sens de la dynamique sur un set de concert.

Venant d’une culture musicale en grande partie pop rock, c’était assez naturel de me fondre dans ce que produit Olivier. Il a fait appel à moi pour réaliser deux titres sur Le Coma idyllique. J’ai adoré l’émulation dans tous nos échanges à cette époque. Olivier est très ouvert tout en sachant où il veut aller, ce qui autorise des conditions de travail très simples, agréables et prolifiques. Un seul regret : ne pas avoir eu l’occasion de partager cette énergie sur scène à ses côtés !

 

Aujourd’hui je me recentre sur la composition, j’envisage de porter un nouveau projet, après toutes ces expériences c’est ce qui m’anime le plus. Je suis cependant toujours grand ouvert aux collaborations."

BENOÎT GAUTIER

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"Benoît est un mec à fleur de peau, un artiste complet davantage qu'un musicien accompagnateur, même si c'est avec cette panoplie-là que je l'ai d'abord connu.

 

Il était guitariste dans un groupe nantais, avec qui nous avons partagé la scène. Le courant est passé, on est restés en contact et tout en développant son propre projet artistique, il a pris le temps de réarranger deux titres pour l'album Le coma idyllique.

 

Car Benoît est un super-arrangeur, qui comprend l'essence des chansons, qu'il sait mettre en musique.

On partage toujours nos expériences, on a même évoqué un temps la possibilité de monter ensemble un label, voire de jouer ensemble à l'occasion. Qui sait finalement ce que réserve l'avenir ?"

VU PAR BENOÎT

"J’ai commencé par accompagner des artistes en tant que guitariste et de plus en plus aux claviers (Mathilde en Juillet, Momo, Mauve, Samuel Baubry…).

J’étais souvent très impliqué dans les arrangements et en parallèle je m’intéressais aux techniques du son en bidouillant dans mon home studio. Ce qui m’a conduit à la réalisation.

J’ai pu m’équiper plus sérieusement et me consacrer exclusivement à cette activité pendant 7-8 ans (After the Bees, Le Syndrôme du Chat, Rimo, Mauve, Lisidor, Le Saint, Alfred Revanche…)

 

J’ai également fait un projet sous mon nom dans lequel je chantais, un power trio pop rock en français sous la plume de Daniel Morvan. Nous avions fait ensemble un EP hommage à sa fille Mathilde en Juillet. On y croise certains de mes héros, Lou Reed, Neil Young, Andy Warhol, Edward Hopper, dans un aller-retour France-USA illuminé de l'aura d'une chanteuse-météore disparue brutalement.

 

J’ai rencontré et découvert Orvil lors d’un co-plateau à Nantes, j’accompagnais alors Momo, et nous avons sympathisé immédiatement. J’étais fasciné par son énergie et son sens de la dynamique sur un set de concert.

Venant d’une culture musicale en grande partie pop rock, c’était assez naturel de me fondre dans ce que produit Olivier. Il a fait appel à moi pour réaliser deux titres sur Le Coma idyllique. J’ai adoré l’émulation dans tous nos échanges à cette époque. Olivier est très ouvert tout en sachant où il veut aller, ce qui autorise des conditions de travail très simples, agréables et prolifiques. Un seul regret : ne pas avoir eu l’occasion de partager cette énergie sur scène à ses côtés !

 

Aujourd’hui je me recentre sur la composition, j’envisage de porter un nouveau projet, après toutes ces expériences c’est ce qui m’anime le plus. Je suis cependant toujours grand ouvert aux collaborations."

BENOÎT GAUTIER

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"Benoît est un mec à fleur de peau, un artiste complet davantage qu'un musicien accompagnateur, même si c'est avec cette panoplie-là que je l'ai d'abord connu.

 

Il était guitariste dans un groupe nantais, avec qui nous avons partagé la scène. Le courant est passé, on est restés en contact et tout en développant son propre projet artistique, il a pris le temps de réarranger deux titres pour l'album Le coma idyllique.

 

Car Benoît est un super-arrangeur, qui comprend l'essence des chansons, qu'il sait mettre en musique.

On partage toujours nos expériences, on a même évoqué un temps la possibilité de monter ensemble un label, voire de jouer ensemble à l'occasion. Qui sait finalement ce que réserve l'avenir ?"

VU PAR BENOÎT

"J’ai commencé par accompagner des artistes en tant que guitariste et de plus en plus aux claviers (Mathilde en Juillet, Momo, Mauve, Samuel Baubry…).

J’étais souvent très impliqué dans les arrangements et en parallèle je m’intéressais aux techniques du son en bidouillant dans mon home studio. Ce qui m’a conduit à la réalisation.

J’ai pu m’équiper plus sérieusement et me consacrer exclusivement à cette activité pendant 7-8 ans (After the Bees, Le Syndrôme du Chat, Rimo, Mauve, Lisidor, Le Saint, Alfred Revanche…)

 

J’ai également fait un projet sous mon nom dans lequel je chantais, un power trio pop rock en français sous la plume de Daniel Morvan. Nous avions fait ensemble un EP hommage à sa fille Mathilde en Juillet. On y croise certains de mes héros, Lou Reed, Neil Young, Andy Warhol, Edward Hopper, dans un aller-retour France-USA illuminé de l'aura d'une chanteuse-météore disparue brutalement.

 

J’ai rencontré et découvert Orvil lors d’un co-plateau à Nantes, j’accompagnais alors Momo, et nous avons sympathisé immédiatement. J’étais fasciné par son énergie et son sens de la dynamique sur un set de concert.

Venant d’une culture musicale en grande partie pop rock, c’était assez naturel de me fondre dans ce que produit Olivier. Il a fait appel à moi pour réaliser deux titres sur Le Coma idyllique. J’ai adoré l’émulation dans tous nos échanges à cette époque. Olivier est très ouvert tout en sachant où il veut aller, ce qui autorise des conditions de travail très simples, agréables et prolifiques. Un seul regret : ne pas avoir eu l’occasion de partager cette énergie sur scène à ses côtés !

 

Aujourd’hui je me recentre sur la composition, j’envisage de porter un nouveau projet, après toutes ces expériences c’est ce qui m’anime le plus. Je suis cependant toujours grand ouvert aux collaborations."

BENOÎT GAUTIER

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"Benoît est un mec à fleur de peau, un artiste complet davantage qu'un musicien accompagnateur, même si c'est avec cette panoplie-là que je l'ai d'abord connu.

 

Il était guitariste dans un groupe nantais, avec qui nous avons partagé la scène. Le courant est passé, on est restés en contact et tout en développant son propre projet artistique, il a pris le temps de réarranger deux titres pour l'album Le coma idyllique.

 

Car Benoît est un super-arrangeur, qui comprend l'essence des chansons, qu'il sait mettre en musique.

On partage toujours nos expériences, on a même évoqué un temps la possibilité de monter ensemble un label, voire de jouer ensemble à l'occasion. Qui sait finalement ce que réserve l'avenir ?"

VU PAR BENOÎT

"J’ai commencé par accompagner des artistes en tant que guitariste et de plus en plus aux claviers (Mathilde en Juillet, Momo, Mauve, Samuel Baubry…).

J’étais souvent très impliqué dans les arrangements et en parallèle je m’intéressais aux techniques du son en bidouillant dans mon home studio. Ce qui m’a conduit à la réalisation.

J’ai pu m’équiper plus sérieusement et me consacrer exclusivement à cette activité pendant 7-8 ans (After the Bees, Le Syndrôme du Chat, Rimo, Mauve, Lisidor, Le Saint, Alfred Revanche…)

 

J’ai également fait un projet sous mon nom dans lequel je chantais, un power trio pop rock en français sous la plume de Daniel Morvan. Nous avions fait ensemble un EP hommage à sa fille Mathilde en Juillet. On y croise certains de mes héros, Lou Reed, Neil Young, Andy Warhol, Edward Hopper, dans un aller-retour France-USA illuminé de l'aura d'une chanteuse-météore disparue brutalement.

 

J’ai rencontré et découvert Orvil lors d’un co-plateau à Nantes, j’accompagnais alors Momo,

et nous avons sympathisé immédiatement.

J’étais fasciné par son énergie et son sens de la dynamique sur un set de concert.

Venant d’une culture musicale en grande partie pop rock, c’était assez naturel de me fondre dans ce que produit Olivier. Il a fait appel à moi pour réaliser deux titres sur Le Coma idyllique.

J’ai adoré l’émulation dans tous nos échanges à cette époque. Olivier est très ouvert tout en sachant où il veut aller, ce qui autorise des conditions de travail très simples, agréables et prolifiques.

Un seul regret : ne pas avoir eu l’occasion de partager cette énergie sur scène à ses côtés !

 

Aujourd’hui je me recentre sur la composition, j’envisage de porter un nouveau projet, après toutes ces expériences c’est ce qui m’anime le plus. Je suis cependant toujours grand ouvert aux collaborations."