MARC LATOUR

INGÉNIEUR DU POLI SON

VU PAR ORVIL

"Drôle de loulou que le Marco. C'est Bertrand, alias "Monsieur Mö" qui me l'a présenté au moment où je recherchais quelqu'un pour effectuer le mastering de l'album Le coma idyllique.

Ce qui est drôle, c'est qu'il vit aujourd'hui non loin de là où je vivais étant gamin. Très bon musicien lui-même et excellent chanteur, il a donc accepté de prendre en main au pied levé (j'adore cette expression qui mélange nos extrémités, enfin presque) le destin de mon album en apportant son regard éclectique et sa bienveillance, tout en restant très à l'écoute.

Authentique humaniste, il fait partie des gens avec qui il est impératif de partager des moments dès qu'on le peut."

VU PAR MARC

"Le but du métier que je me suis choisi a toujours été d’aider les musiciens et les groupes à produire leur musique de la façon la plus brute et authentique qui soit, parce que la musique est une partie essentielle de mon existence et que les surproductions ôtent le côté humain à la musique. Je me vois plus comme un artisan que comme un technicien son, même si c’est ma formation d’origine.

 

Je percevais l’univers d'Orvil comme quelque chose de ludique et enfantin mais paradoxalement mature, une aventure doucereusement délirante et surnaturelle d’un gosse tombé dans l’âge adulte.

J'aurais toujours ce souvenir de l’écoute des morceaux de l’album sur lequel j’ai œuvré (Le Coma Idyllique) et de la légèreté qui s’en dégageait au point d’apaiser les tourments modernes du quotidien face à des situations perpétuellement absurdes.

 

De mon côté, j’aspire à toujours assister les musiciens dans l’accouchement de leur univers, et plus personnellement, je poursuis ma quête d’écriture de chansons thérapeutiques (que j’ai trouvé bien moins onéreuses qu’un psy)."

MARC LATOUR

INGÉNIEUR DU POLI SON

VU PAR ORVIL

"Drôle de loulou que le Marco. C'est Bertrand, alias "Monsieur Mö" qui me l'a présenté au moment où je recherchais quelqu'un pour effectuer le mastering de l'album Le coma idyllique.

Ce qui est drôle, c'est qu'il vit aujourd'hui non loin de là où je vivais étant gamin. Très bon musicien lui-même et excellent chanteur, il a donc accepté de prendre en main au pied levé (j'adore cette expression qui mélange nos extrémités, enfin presque) le destin de mon album en apportant son regard éclectique et sa bienveillance, tout en restant très à l'écoute.

Authentique humaniste, il fait partie des gens avec qui il est impératif de partager des moments dès qu'on le peut."

VU PAR MARC

"Le but du métier que je me suis choisi a toujours été d’aider les musiciens et les groupes à produire leur musique de la façon la plus brute et authentique qui soit, parce que la musique est une partie essentielle de mon existence et que les surproductions ôtent le côté humain à la musique. Je me vois plus comme un artisan que comme un technicien son, même si c’est ma formation d’origine.

 

Je percevais l’univers d'Orvil comme quelque chose de ludique et enfantin mais paradoxalement mature, une aventure doucereusement délirante et surnaturelle d’un gosse tombé dans l’âge adulte.

J'aurais toujours ce souvenir de l’écoute des morceaux de l’album sur lequel j’ai œuvré (Le Coma Idyllique) et de la légèreté qui s’en dégageait au point d’apaiser les tourments modernes du quotidien face à des situations perpétuellement absurdes.

 

De mon côté, j’aspire à toujours assister les musiciens dans l’accouchement de leur univers, et plus personnellement, je poursuis ma quête d’écriture de chansons thérapeutiques (que j’ai trouvé bien moins onéreuses qu’un psy)."

MARC LATOUR

INGÉNIEUR DU POLI SON

VU PAR ORVIL

"Drôle de loulou que le Marco. C'est Bertrand, alias "Monsieur Mö" qui me l'a présenté au moment où je recherchais quelqu'un pour effectuer le mastering de l'album Le coma idyllique.

Ce qui est drôle, c'est qu'il vit aujourd'hui non loin de là où je vivais étant gamin. Très bon musicien lui-même et excellent chanteur, il a donc accepté de prendre en main au pied levé (j'adore cette expression qui mélange nos extrémités, enfin presque) le destin de mon album en apportant son regard éclectique et sa bienveillance, tout en restant très à l'écoute.

Authentique humaniste, il fait partie des gens avec qui il est impératif de partager des moments dès qu'on le peut."

VU PAR MARC

"Le but du métier que je me suis choisi a toujours été d’aider les musiciens et les groupes à produire leur musique de la façon la plus brute et authentique qui soit, parce que la musique est une partie essentielle de mon existence et que les surproductions ôtent le côté humain à la musique. Je me vois plus comme un artisan que comme un technicien son, même si c’est ma formation d’origine.

 

Je percevais l’univers d'Orvil comme quelque chose de ludique et enfantin mais paradoxalement mature, une aventure doucereusement délirante et surnaturelle d’un gosse tombé dans l’âge adulte.

J'aurais toujours ce souvenir de l’écoute des morceaux de l’album sur lequel j’ai œuvré (Le Coma Idyllique) et de la légèreté qui s’en dégageait au point d’apaiser les tourments modernes du quotidien face à des situations perpétuellement absurdes.

 

De mon côté, j’aspire à toujours assister les musiciens dans l’accouchement de leur univers, et plus personnellement, je poursuis ma quête d’écriture de chansons thérapeutiques (que j’ai trouvé bien moins onéreuses qu’un psy)."

MARC LATOUR

INGÉNIEUR DU POLI SON

VU PAR ORVIL

"Drôle de loulou que le Marco. C'est Bertrand, alias "Monsieur Mö" qui me l'a présenté au moment où je recherchais quelqu'un pour effectuer le mastering de l'album Le coma idyllique.

Ce qui est drôle, c'est qu'il vit aujourd'hui non loin de là où je vivais étant gamin. Très bon musicien lui-même et excellent chanteur, il a donc accepté de prendre en main au pied levé (j'adore cette expression qui mélange nos extrémités, enfin presque) le destin de mon album en apportant son regard éclectique et sa bienveillance, tout en restant très à l'écoute.

Authentique humaniste, il fait partie des gens avec qui il est impératif de partager des moments dès qu'on le peut."

VU PAR MARC

"Le but du métier que je me suis choisi a toujours été d’aider les musiciens et les groupes à produire leur musique de la façon la plus brute et authentique qui soit, parce que la musique est une partie essentielle de mon existence et que les surproductions ôtent le côté humain à la musique. Je me vois plus comme un artisan que comme un technicien son, même si c’est ma formation d’origine.

 

Je percevais l’univers d'Orvil comme quelque chose de ludique et enfantin mais paradoxalement mature, une aventure doucereusement délirante et surnaturelle d’un gosse tombé dans l’âge adulte.

J'aurais toujours ce souvenir de l’écoute des morceaux de l’album sur lequel j’ai œuvré (Le Coma Idyllique) et de la légèreté qui s’en dégageait au point d’apaiser les tourments modernes du quotidien face à des situations perpétuellement absurdes.

 

De mon côté, j’aspire à toujours assister les musiciens dans l’accouchement de leur univers, et plus personnellement, je poursuis ma quête d’écriture de chansons thérapeutiques (que j’ai trouvé bien moins onéreuses qu’un psy)."

MARC LATOUR

INGÉNIEUR DU POLI SON

VU PAR ORVIL

"Drôle de loulou que le Marco. C'est Bertrand, alias "Monsieur Mö" qui me l'a présenté au moment où je recherchais quelqu'un pour effectuer le mastering de l'album Le coma idyllique.

Ce qui est drôle, c'est qu'il vit aujourd'hui non loin de là où je vivais étant gamin. Très bon musicien lui-même et excellent chanteur, il a donc accepté de prendre en main au pied levé (j'adore cette expression qui mélange nos extrémités, enfin presque) le destin de mon album en apportant son regard éclectique et sa bienveillance, tout en restant très à l'écoute.

Authentique humaniste, il fait partie des gens avec qui il est impératif de partager des moments dès qu'on le peut."

VU PAR MARC

"Le but du métier que je me suis choisi a toujours été d’aider les musiciens et les groupes à produire leur musique de la façon la plus brute et authentique qui soit, parce que la musique est une partie essentielle de mon existence et que les surproductions ôtent le côté humain à la musique. Je me vois plus comme un artisan que comme un technicien son, même si c’est ma formation d’origine.

 

Je percevais l’univers d'Orvil comme quelque chose de ludique et enfantin mais paradoxalement mature, une aventure doucereusement délirante et surnaturelle d’un gosse tombé dans l’âge adulte.

J'aurais toujours ce souvenir de l’écoute des morceaux de l’album sur lequel j’ai œuvré (Le Coma Idyllique) et de la légèreté qui s’en dégageait au point d’apaiser les tourments modernes du quotidien face à des situations perpétuellement absurdes.

 

De mon côté, j’aspire à toujours assister les musiciens dans l’accouchement de leur univers, et plus personnellement, je poursuis ma quête d’écriture de chansons thérapeutiques (que j’ai trouvé bien moins onéreuses qu’un psy)."

MARC LATOUR

INGÉNIEUR DU POLI SON

VU PAR ORVIL

"Drôle de loulou que le Marco. C'est Bertrand, alias "Monsieur Mö" qui me l'a présenté au moment où je recherchais quelqu'un pour effectuer le mastering de l'album Le coma idyllique.

Ce qui est drôle, c'est qu'il vit aujourd'hui non loin de là où je vivais étant gamin. Très bon musicien lui-même et excellent chanteur, il a donc accepté de prendre en main au pied levé (j'adore cette expression qui mélange nos extrémités, enfin presque) le destin de mon album en apportant son regard éclectique et sa bienveillance, tout en restant très à l'écoute.

Authentique humaniste, il fait partie des gens avec qui il est impératif de partager des moments dès qu'on le peut."

VU PAR MARC

"Le but du métier que je me suis choisi a toujours été d’aider les musiciens et les groupes à produire leur musique de la façon la plus brute et authentique qui soit, parce que la musique est une partie essentielle de mon existence et que les surproductions ôtent le côté humain à la musique. Je me vois plus comme un artisan que comme un technicien son, même si c’est ma formation d’origine.

 

Je percevais l’univers d'Orvil comme quelque chose de ludique et enfantin mais paradoxalement mature, une aventure doucereusement délirante et surnaturelle d’un gosse tombé dans l’âge adulte.

J'aurais toujours ce souvenir de l’écoute des morceaux de l’album sur lequel j’ai œuvré (Le Coma Idyllique) et de la légèreté qui s’en dégageait au point d’apaiser les tourments modernes du quotidien face à des situations perpétuellement absurdes.

 

De mon côté, j’aspire à toujours assister les musiciens dans l’accouchement de leur univers, et plus personnellement, je poursuis ma quête d’écriture de chansons thérapeutiques (que j’ai trouvé bien moins onéreuses qu’un psy)."

MARC LATOUR

INGÉNIEUR DU POLI SON

VU PAR ORVIL

"Drôle de loulou que le Marco. C'est Bertrand, alias "Monsieur Mö" qui me l'a présenté au moment où je recherchais quelqu'un pour effectuer le mastering de l'album Le coma idyllique.

Ce qui est drôle, c'est qu'il vit aujourd'hui non loin de là où je vivais étant gamin. Très bon musicien lui-même et excellent chanteur, il a donc accepté de prendre en main au pied levé (j'adore cette expression qui mélange nos extrémités, enfin presque) le destin de mon album en apportant son regard éclectique et sa bienveillance, tout en restant très à l'écoute.

Authentique humaniste, il fait partie des gens avec qui il est impératif de partager des moments dès qu'on le peut."

VU PAR MARC

"Le but du métier que je me suis choisi a toujours été d’aider les musiciens et les groupes à produire leur musique de la façon la plus brute et authentique qui soit, parce que la musique est une partie essentielle de mon existence et que les surproductions ôtent le côté humain à la musique. Je me vois plus comme un artisan que comme un technicien son, même si c’est ma formation d’origine.

 

Je percevais l’univers d'Orvil comme quelque chose de ludique et enfantin mais paradoxalement mature, une aventure doucereusement délirante et surnaturelle d’un gosse tombé dans l’âge adulte.

J'aurais toujours ce souvenir de l’écoute des morceaux de l’album sur lequel j’ai œuvré (Le Coma Idyllique) et de la légèreté qui s’en dégageait au point d’apaiser les tourments modernes du quotidien face à des situations perpétuellement absurdes.

 

De mon côté, j’aspire à toujours assister les musiciens dans l’accouchement de leur univers, et plus personnellement, je poursuis ma quête d’écriture de chansons thérapeutiques (que j’ai trouvé bien moins onéreuses qu’un psy)."

MARC LATOUR

INGÉNIEUR DU POLI SON

VU PAR ORVIL

"Drôle de loulou que le Marco. C'est Bertrand, alias "Monsieur Mö" qui me l'a présenté au moment où je recherchais quelqu'un pour effectuer le mastering de l'album Le coma idyllique.

Ce qui est drôle, c'est qu'il vit aujourd'hui non loin de là où je vivais étant gamin. Très bon musicien lui-même et excellent chanteur, il a donc accepté de prendre en main au pied levé (j'adore cette expression qui mélange nos extrémités, enfin presque) le destin de mon album en apportant son regard éclectique et sa bienveillance, tout en restant très à l'écoute.

Authentique humaniste, il fait partie des gens avec qui il est impératif de partager des moments dès qu'on le peut."

VU PAR MARC

"Le but du métier que je me suis choisi a toujours été d’aider les musiciens et les groupes à produire leur musique de la façon la plus brute et authentique qui soit, parce que la musique est une partie essentielle de mon existence et que les surproductions ôtent le côté humain à la musique. Je me vois plus comme un artisan que comme un technicien son, même si c’est ma formation d’origine.

 

Je percevais l’univers d'Orvil comme quelque chose de ludique et enfantin mais paradoxalement mature, une aventure doucereusement délirante et surnaturelle d’un gosse tombé dans l’âge adulte.

J'aurais toujours ce souvenir de l’écoute des morceaux de l’album sur lequel j’ai œuvré (Le Coma Idyllique) et de la légèreté qui s’en dégageait au point d’apaiser les tourments modernes du quotidien face à des situations perpétuellement absurdes.

 

De mon côté, j’aspire à toujours assister les musiciens dans l’accouchement de leur univers, et plus personnellement, je poursuis ma quête d’écriture de chansons thérapeutiques (que j’ai trouvé bien moins onéreuses qu’un psy)."

MARC LATOUR

INGÉNIEUR DU POLI SON

VU PAR ORVIL

"Drôle de loulou que le Marco. C'est Bertrand, alias "Monsieur Mö" qui me l'a présenté au moment où je recherchais quelqu'un pour effectuer le mastering de l'album Le coma idyllique.

Ce qui est drôle, c'est qu'il vit aujourd'hui non loin de là où je vivais étant gamin. Très bon musicien lui-même et excellent chanteur, il a donc accepté de prendre en main au pied levé (j'adore cette expression qui mélange nos extrémités, enfin presque) le destin de mon album en apportant son regard éclectique et sa bienveillance, tout en restant très à l'écoute.

Authentique humaniste, il fait partie des gens avec qui il est impératif de partager des moments dès qu'on le peut."

VU PAR MARC

"Le but du métier que je me suis choisi a toujours été d’aider les musiciens et les groupes à produire leur musique de la façon la plus brute et authentique qui soit, parce que la musique est une partie essentielle de mon existence et que les surproductions ôtent le côté humain à la musique. Je me vois plus comme un artisan que comme un technicien son, même si c’est ma formation d’origine.

 

Je percevais l’univers d'Orvil comme quelque chose de ludique et enfantin mais paradoxalement mature, une aventure doucereusement délirante et surnaturelle d’un gosse tombé dans l’âge adulte.

J'aurais toujours ce souvenir de l’écoute des morceaux de l’album sur lequel j’ai œuvré (Le Coma Idyllique) et de la légèreté qui s’en dégageait au point d’apaiser les tourments modernes du quotidien face à des situations perpétuellement absurdes.

 

De mon côté, j’aspire à toujours assister les musiciens dans l’accouchement de leur univers, et plus personnellement, je poursuis ma quête d’écriture de chansons thérapeutiques (que j’ai trouvé bien moins onéreuses qu’un psy)."

MARC LATOUR

INGÉNIEUR DU POLI SON

VU PAR ORVIL

"Drôle de loulou que le Marco. C'est Bertrand, alias "Monsieur Mö" qui me l'a présenté au moment où je recherchais quelqu'un pour effectuer le mastering de l'album Le coma idyllique.

Ce qui est drôle, c'est qu'il vit aujourd'hui non loin de là où je vivais étant gamin. Très bon musicien lui-même et excellent chanteur, il a donc accepté de prendre en main au pied levé (j'adore cette expression qui mélange nos extrémités, enfin presque) le destin de mon album en apportant son regard éclectique et sa bienveillance, tout en restant très à l'écoute.

Authentique humaniste, il fait partie des gens avec qui il est impératif de partager des moments dès qu'on le peut."

VU PAR MARC

"Le but du métier que je me suis choisi a toujours été d’aider les musiciens et les groupes à produire leur musique de la façon la plus brute et authentique qui soit, parce que la musique est une partie essentielle de mon existence et que les surproductions ôtent le côté humain à la musique. Je me vois plus comme un artisan que comme un technicien son, même si c’est ma formation d’origine.

 

Je percevais l’univers d'Orvil comme quelque chose de ludique et enfantin mais paradoxalement mature, une aventure doucereusement délirante et surnaturelle d’un gosse tombé dans l’âge adulte.

J'aurais toujours ce souvenir de l’écoute des morceaux de l’album sur lequel j’ai œuvré (Le Coma Idyllique) et de la légèreté qui s’en dégageait au point d’apaiser les tourments modernes du quotidien face à des situations perpétuellement absurdes.

 

De mon côté, j’aspire à toujours assister les musiciens dans l’accouchement de leur univers, et plus personnellement, je poursuis ma quête d’écriture de chansons thérapeutiques (que j’ai trouvé bien moins onéreuses qu’un psy)."