JACK COCKIN

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"D'une douceur étonnante et d'un calme olympien, Jack était plus jeune que moi. Pourtant, c'était toujours lui le 'grand frère' quelques minutes avant de monter sur scène pour un concert important. Toujours à trouver des mots rassurants qui réussissaient à vous mettre en confiance pour assurer. Excellent bassiste, parfait dosage entre la folie funk et l'efficacité pop-rock, il était aussi mon choriste de luxe sur scène.

 

Il ne le sait pas, car je ne le lui ai jamais dit, mais dans ma tête, je l'appelais 'Le Professeur', car j'avais l'impression qu'avec lui, il ne pouvait rien m'arriver. Une espèce d'Alain Prost de la basse.

Il vit aujourd'hui dans le sud de la France où il collabore à plusieurs projets musicaux dans des univers musicaux très différents et transmet également son savoir à de chanceux élèves."

VU PAR JACK

"Musicien professionnel depuis une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler à Paris avec de nombreux d’artistes dans plusieurs styles. Un ami musicien m’a parlé d’un chanteur-auteur-compositeur qui cherchait un bassiste pour son groupe : Orvil. On s’est rencontré, ça à collé…

 

L’univers musical d’Orvil me plaisait bien… De la chanson pop bigarrée avec tous pleins de trucs dedans !

Par rapport aux artistes pop que j’accompagnais à l’époque qui étaient plus mainstream, le style d’Orvil était plus personnel, ouvert, chaleureux, rigolo… Et on s’amusait bien sur scène ! Pour le jeune musicien que j’étais, c’était bien de pouvoir tester des choses, d’avoir la liberté d’interpréter…

 

Depuis, j’ai quitté Paris pour m’installer à Toulouse, où j’ai monté mes projets musicaux en tant que chanteur-bassiste-contrebassiste : Jack Cockin and His Blues Buddies, mais aussi Big Fat Swing."

 

 

JACK COCKIN

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"D'une douceur étonnante et d'un calme olympien, Jack était plus jeune que moi. Pourtant, c'était toujours lui le 'grand frère' quelques minutes avant de monter sur scène pour un concert important. Toujours à trouver des mots rassurants qui réussissaient à vous mettre en confiance pour assurer. Excellent bassiste, parfait dosage entre la folie funk et l'efficacité pop-rock, il était aussi mon choriste de luxe sur scène.

 

Il ne le sait pas, car je ne le lui ai jamais dit, mais dans ma tête, je l'appelais 'Le Professeur', car j'avais l'impression qu'avec lui, il ne pouvait rien m'arriver. Une espèce d'Alain Prost de la basse.

Il vit aujourd'hui dans le sud de la France où il collabore à plusieurs projets musicaux dans des univers musicaux très différents et transmet également son savoir à de chanceux élèves."

VU PAR JACK

"Musicien professionnel depuis une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler à Paris avec de nombreux d’artistes dans plusieurs styles. Un ami musicien m’a parlé d’un chanteur-auteur-compositeur qui cherchait un bassiste pour son groupe : Orvil. On s’est rencontré, ça à collé…

 

L’univers musical d’Orvil me plaisait bien… De la chanson pop bigarrée avec tous pleins de trucs dedans !

Par rapport aux artistes pop que j’accompagnais à l’époque qui étaient plus mainstream, le style d’Orvil était plus personnel, ouvert, chaleureux, rigolo… Et on s’amusait bien sur scène ! Pour le jeune musicien que j’étais, c’était bien de pouvoir tester des choses, d’avoir la liberté d’interpréter…

 

Depuis, j’ai quitté Paris pour m’installer à Toulouse, où j’ai monté mes projets musicaux en tant que chanteur-bassiste-contrebassiste : Jack Cockin and His Blues Buddies, mais aussi Big Fat Swing."

 

 

JACK COCKIN

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"D'une douceur étonnante et d'un calme olympien, Jack était plus jeune que moi. Pourtant, c'était toujours lui le 'grand frère' quelques minutes avant de monter sur scène pour un concert important. Toujours à trouver des mots rassurants qui réussissaient à vous mettre en confiance pour assurer. Excellent bassiste, parfait dosage entre la folie funk et l'efficacité pop-rock, il était aussi mon choriste de luxe sur scène.

 

Il ne le sait pas, car je ne le lui ai jamais dit, mais dans ma tête, je l'appelais 'Le Professeur', car j'avais l'impression qu'avec lui, il ne pouvait rien m'arriver. Une espèce d'Alain Prost de la basse.

Il vit aujourd'hui dans le sud de la France où il collabore à plusieurs projets musicaux dans des univers musicaux très différents et transmet également son savoir à de chanceux élèves."

VU PAR JACK

"Musicien professionnel depuis une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler à Paris avec de nombreux d’artistes dans plusieurs styles. Un ami musicien m’a parlé d’un chanteur-auteur-compositeur qui cherchait un bassiste pour son groupe : Orvil. On s’est rencontré, ça à collé…

 

L’univers musical d’Orvil me plaisait bien… De la chanson pop bigarrée avec tous pleins de trucs dedans !

Par rapport aux artistes pop que j’accompagnais à l’époque qui étaient plus mainstream, le style d’Orvil était plus personnel, ouvert, chaleureux, rigolo… Et on s’amusait bien sur scène ! Pour le jeune musicien que j’étais, c’était bien de pouvoir tester des choses, d’avoir la liberté d’interpréter…

 

Depuis, j’ai quitté Paris pour m’installer à Toulouse, où j’ai monté mes projets musicaux en tant que chanteur-bassiste-contrebassiste : Jack Cockin and His Blues Buddies, mais aussi Big Fat Swing."

 

 

JACK COCKIN

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"D'une douceur étonnante et d'un calme olympien, Jack était plus jeune que moi. Pourtant, c'était toujours lui le 'grand frère' quelques minutes avant de monter sur scène pour un concert important. Toujours à trouver des mots rassurants qui réussissaient à vous mettre en confiance pour assurer. Excellent bassiste, parfait dosage entre la folie funk et l'efficacité pop-rock, il était aussi mon choriste de luxe sur scène.

 

Il ne le sait pas, car je ne le lui ai jamais dit, mais dans ma tête, je l'appelais 'Le Professeur', car j'avais l'impression qu'avec lui, il ne pouvait rien m'arriver. Une espèce d'Alain Prost de la basse.

Il vit aujourd'hui dans le sud de la France où il collabore à plusieurs projets musicaux dans des univers musicaux très différents et transmet également son savoir à de chanceux élèves."

VU PAR JACK

"Musicien professionnel depuis une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler à Paris avec de nombreux d’artistes dans plusieurs styles. Un ami musicien m’a parlé d’un chanteur-auteur-compositeur qui cherchait un bassiste pour son groupe : Orvil. On s’est rencontré, ça à collé…

 

L’univers musical d’Orvil me plaisait bien… De la chanson pop bigarrée avec tous pleins de trucs dedans !

Par rapport aux artistes pop que j’accompagnais à l’époque qui étaient plus mainstream, le style d’Orvil était plus personnel, ouvert, chaleureux, rigolo… Et on s’amusait bien sur scène ! Pour le jeune musicien que j’étais, c’était bien de pouvoir tester des choses, d’avoir la liberté d’interpréter…

 

Depuis, j’ai quitté Paris pour m’installer à Toulouse, où j’ai monté mes projets musicaux en tant que chanteur-bassiste-contrebassiste : Jack Cockin and His Blues Buddies, mais aussi Big Fat Swing."

 

 

JACK COCKIN

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"D'une douceur étonnante et d'un calme olympien, Jack était plus jeune que moi. Pourtant, c'était toujours lui le 'grand frère' quelques minutes avant de monter sur scène pour un concert important. Toujours à trouver des mots rassurants qui réussissaient à vous mettre en confiance pour assurer. Excellent bassiste, parfait dosage entre la folie funk et l'efficacité pop-rock, il était aussi mon choriste de luxe sur scène.

 

Il ne le sait pas, car je ne le lui ai jamais dit, mais dans ma tête, je l'appelais 'Le Professeur', car j'avais l'impression qu'avec lui, il ne pouvait rien m'arriver. Une espèce d'Alain Prost de la basse.

Il vit aujourd'hui dans le sud de la France où il collabore à plusieurs projets musicaux dans des univers musicaux très différents et transmet également son savoir à de chanceux élèves."

VU PAR JACK

"Musicien professionnel depuis une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler à Paris avec de nombreux d’artistes dans plusieurs styles. Un ami musicien m’a parlé d’un chanteur-auteur-compositeur qui cherchait un bassiste pour son groupe : Orvil.

On s’est rencontré, ça à collé…

 

L’univers musical d’Orvil me plaisait bien… De la chanson pop bigarrée avec tous pleins de trucs dedans !

Par rapport aux artistes pop que j’accompagnais à l’époque qui étaient plus mainstream, le style d’Orvil était plus personnel, ouvert, chaleureux, rigolo… Et on s’amusait bien sur scène ! Pour le jeune musicien que j’étais, c’était bien de pouvoir tester des choses, d’avoir la liberté d’interpréter…

 

Depuis, j’ai quitté Paris pour m’installer à Toulouse, où j’ai monté mes projets musicaux en tant que chanteur-bassiste-contrebassiste : Jack Cockin and His Blues Buddies, mais aussi Big Fat Swing."

 

 

JACK COCKIN

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"D'une douceur étonnante et d'un calme olympien, Jack était plus jeune que moi. Pourtant, c'était toujours lui le 'grand frère' quelques minutes avant de monter sur scène pour un concert important. Toujours à trouver des mots rassurants qui réussissaient à vous mettre en confiance pour assurer. Excellent bassiste, parfait dosage entre la folie funk et l'efficacité pop-rock, il était aussi mon choriste de luxe sur scène.

 

Il ne le sait pas, car je ne le lui ai jamais dit, mais dans ma tête, je l'appelais 'Le Professeur', car j'avais l'impression qu'avec lui, il ne pouvait rien m'arriver. Une espèce d'Alain Prost de la basse.

Il vit aujourd'hui dans le sud de la France où il collabore à plusieurs projets musicaux dans des univers musicaux très différents et transmet également son savoir à de chanceux élèves."

VU PAR JACK

"Musicien professionnel depuis une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler à Paris avec de nombreux d’artistes dans plusieurs styles. Un ami musicien m’a parlé d’un chanteur-auteur-compositeur qui cherchait un bassiste pour son groupe : Orvil.

On s’est rencontré, ça à collé…

 

L’univers musical d’Orvil me plaisait bien… De la chanson pop bigarrée avec tous pleins de trucs dedans !

Par rapport aux artistes pop que j’accompagnais à l’époque qui étaient plus mainstream, le style d’Orvil était plus personnel, ouvert, chaleureux, rigolo… Et on s’amusait bien sur scène ! Pour le jeune musicien que j’étais, c’était bien de pouvoir tester des choses, d’avoir la liberté d’interpréter…

 

Depuis, j’ai quitté Paris pour m’installer à Toulouse, où j’ai monté mes projets musicaux en tant que chanteur-bassiste-contrebassiste : Jack Cockin and His Blues Buddies, mais aussi Big Fat Swing."

 

 

JACK COCKIN

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"D'une douceur étonnante et d'un calme olympien, Jack était plus jeune que moi. Pourtant, c'était toujours lui le 'grand frère' quelques minutes avant de monter sur scène pour un concert important. Toujours à trouver des mots rassurants qui réussissaient à vous mettre en confiance pour assurer. Excellent bassiste, parfait dosage entre la folie funk et l'efficacité pop-rock, il était aussi mon choriste de luxe sur scène.

 

Il ne le sait pas, car je ne le lui ai jamais dit, mais dans ma tête, je l'appelais 'Le Professeur', car j'avais l'impression qu'avec lui, il ne pouvait rien m'arriver. Une espèce d'Alain Prost de la basse.

Il vit aujourd'hui dans le sud de la France où il collabore à plusieurs projets musicaux dans des univers musicaux très différents et transmet également son savoir à de chanceux élèves."

VU PAR JACK

"Musicien professionnel depuis une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler à Paris avec de nombreux d’artistes dans plusieurs styles. Un ami musicien m’a parlé d’un chanteur-auteur-compositeur qui cherchait un bassiste pour son groupe : Orvil.

On s’est rencontré, ça à collé…

 

L’univers musical d’Orvil me plaisait bien… De la chanson pop bigarrée avec tous pleins de trucs dedans !

Par rapport aux artistes pop que j’accompagnais à l’époque qui étaient plus mainstream, le style d’Orvil était plus personnel, ouvert, chaleureux, rigolo… Et on s’amusait bien sur scène ! Pour le jeune musicien que j’étais, c’était bien de pouvoir tester des choses, d’avoir la liberté d’interpréter…

 

Depuis, j’ai quitté Paris pour m’installer à Toulouse, où j’ai monté mes projets musicaux en tant que chanteur-bassiste-contrebassiste : Jack Cockin and His Blues Buddies, mais aussi Big Fat Swing."

 

 

JACK COCKIN

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

"D'une douceur étonnante et d'un calme olympien, Jack était plus jeune que moi. Pourtant, c'était toujours lui le 'grand frère' quelques minutes avant de monter sur scène pour un concert important. Toujours à trouver des mots rassurants qui réussissaient à vous mettre en confiance pour assurer. Excellent bassiste, parfait dosage entre la folie funk et l'efficacité pop-rock, il était aussi mon choriste de luxe sur scène.

 

Il ne le sait pas, car je ne le lui ai jamais dit, mais dans ma tête, je l'appelais 'Le Professeur', car j'avais l'impression qu'avec lui, il ne pouvait rien m'arriver. Une espèce d'Alain Prost de la basse.

Il vit aujourd'hui dans le sud de la France où il collabore à plusieurs projets musicaux dans des univers musicaux très différents et transmet également son savoir à de chanceux élèves."

VU PAR JACK

"Musicien professionnel depuis une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler à Paris avec de nombreux d’artistes dans plusieurs styles. Un ami musicien m’a parlé d’un chanteur-auteur-compositeur qui cherchait un bassiste pour son groupe : Orvil.

On s’est rencontré, ça à collé…

 

L’univers musical d’Orvil me plaisait bien… De la chanson pop bigarrée avec tous pleins de trucs dedans !

Par rapport aux artistes pop que j’accompagnais à l’époque qui étaient plus mainstream, le style d’Orvil était plus personnel, ouvert, chaleureux, rigolo… Et on s’amusait bien sur scène ! Pour le jeune musicien que j’étais, c’était bien de pouvoir tester des choses, d’avoir la liberté d’interpréter…

 

Depuis, j’ai quitté Paris pour m’installer à Toulouse, où j’ai monté mes projets musicaux en tant que chanteur-bassiste-contrebassiste : Jack Cockin and His Blues Buddies, mais aussi Big Fat Swing."

 

 

"D'une douceur étonnante et d'un calme olympien, Jack était plus jeune que moi. Pourtant, c'était toujours lui le 'grand frère' quelques minutes avant de monter sur scène pour un concert important. Toujours à trouver des mots rassurants qui réussissaient à vous mettre en confiance pour assurer. Excellent bassiste, parfait dosage entre la folie funk et l'efficacité pop-rock, il était aussi mon choriste de luxe sur scène.

 

Il ne le sait pas, car je ne le lui ai jamais dit, mais dans ma tête, je l'appelais 'Le Professeur', car j'avais l'impression qu'avec lui, il ne pouvait rien m'arriver. Une espèce d'Alain Prost de la basse.

Il vit aujourd'hui dans le sud de la France où il collabore à plusieurs projets musicaux dans des univers musicaux très différents et transmet également son savoir à de chanceux élèves."

"Musicien professionnel depuis une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler à Paris avec de nombreux d’artistes dans plusieurs styles. Un ami musicien m’a parlé d’un chanteur-auteur-compositeur qui cherchait un bassiste pour son groupe : Orvil.

On s’est rencontré, ça à collé…

 

L’univers musical d’Orvil me plaisait bien… De la chanson pop bigarrée avec tous pleins de trucs dedans !

Par rapport aux artistes pop que j’accompagnais à l’époque qui étaient plus mainstream, le style d’Orvil était plus personnel, ouvert, chaleureux, rigolo… Et on s’amusait bien sur scène ! Pour le jeune musicien que j’étais, c’était bien de pouvoir tester des choses, d’avoir la liberté d’interpréter…

 

Depuis, j’ai quitté Paris pour m’installer à Toulouse, où j’ai monté mes projets musicaux en tant que chanteur-bassiste-contrebassiste : Jack Cockin and His Blues Buddies, mais aussi Big Fat Swing."

 

 

JACK COCKIN

MUSICIEN

VU PAR ORVIL

VU PAR JACK

JACK COCKIN

MUSICIEN

"D'une douceur étonnante et d'un calme olympien, Jack était plus jeune que moi.

Pourtant, c'était toujours lui le 'grand frère' quelques minutes avant de monter sur scène pour un concert important. Toujours à trouver des mots rassurants qui réussissaient à vous mettre en confiance pour assurer. Excellent bassiste, parfait dosage entre la folie funk et l'efficacité pop-rock,

il était aussi mon choriste de luxe sur scène.

 

Il ne le sait pas, car je ne le lui ai jamais dit, mais dans ma tête, je l'appelais 'Le Professeur', car j'avais l'impression qu'avec lui, il ne pouvait rien m'arriver. Une espèce d'Alain Prost de la basse.

Il vit aujourd'hui dans le sud de la France où il collabore à plusieurs projets musicaux dans des univers musicaux très différents et transmet également son savoir à de chanceux élèves."

"Musicien professionnel depuis une vingtaine d’années, j’ai commencé à travailler à Paris avec de nombreux d’artistes dans plusieurs styles.

Un ami musicien m’a parlé d’un chanteur-auteur-compositeur qui cherchait un bassiste pour son groupe : Orvil.

On s’est rencontré, ça à collé…

 

L’univers musical d’Orvil me plaisait bien… De la chanson pop bigarrée avec tous pleins de trucs dedans !

Par rapport aux artistes pop que j’accompagnais à l’époque qui étaient plus mainstream, le style d’Orvil était plus personnel, ouvert, chaleureux, rigolo… Et on s’amusait bien sur scène ! Pour le jeune musicien que j’étais, c’était bien de pouvoir tester des choses, d’avoir la liberté d’interpréter…

 

Depuis, j’ai quitté Paris pour m’installer à Toulouse, où j’ai monté mes projets musicaux en tant que chanteur-bassiste-contrebassiste : Jack Cockin and His Blues Buddies, mais aussi Big Fat Swing."

 

 

VU PAR ORVIL

VU PAR JACK